Création de la poterie du hérisson

Une reconversion professionnelle

Lorsque nous nous installons en 1988 dans le hameau des Durons,  plusieurs bâtiments sont en ruines et cela ne brise en rien notre motivation malgré les avis réservés de nos amis.  Nous avons pris à coeur le projet de restaurations de ces vieux murs en pierre du XVe XVIe siècle qui témoignaient du passé. Nous n’avons pas imaginé qu’habitant ce lieu, ce lieu nous habiterait…

L’habitation est un ensemble de petites maisons attenantes et la restauration ou l’aménagement d’une pièce  se fait en fonction des besoins de la famille car les travaux  réalisés par nous même  sont pris sur nos temps de loisirs ou de vacances. A chaque rentrée scolaire un nouvel espace est aménagé apportant un peu plus de confort.

La réhabilitation des espaces est étroitement lié à une économie de vie et les enfants partant de la maison notre projet évolue avec la création d’un  gîte rural, puis d’un atelier de poterie.

L’ouverture d’un atelier poterie s’inscrit  dans ce choix de vie proche de la nature et respectueux de cet environnement. Pour mener à bien ce dessein j’engage une reconversion professionnelle avec la préparation du CAP tournage. 

J’ouvre l’atelier poterie en 2018 …

Le hameau des Durons
le hameau des Durons

L''atelier MAMU

 

L’atelier est organisé de façon à  respecter son environnement.  il s’inspire des principes du développement durable

La terre est réutilisable tant qu’elle n’a pas été cuite. Les matières restantes du travail de la terre sont regroupées et stockées avec de l’eau de pluie pendant quelques mois afin de maintenir une certaine humidité. 

J’utilise les ressources naturelles :

L’eau de pluie récupérée du chéneau est stockée dans une citerne enterrée. En contrebas, une petite fontaine permet son écoulement.

Les terres sont des grès de carrières. Le grès de St Amand en Pusaye et le grès réfractaire de Bollène pour les cuissons au bois. Le grès rouge dit de Moron vient de Normandie. l’intérêt de ce grès est sa température de cuisson, Il cuit à 1150°, ce qui est une économie non négligeable lorsque l’on cuit en électrique.

atelier MAMU
atelier MAMU

La terre des Durons

On trouve une sorte de glaise jaune dans les chemins alentours. Par curiosité, j’en récolte  un seau pour tester sa plasticité.  Cette terre aura été au préalable, tamisée, séchée puis écrasée finement. Mélangée à de l’eau, elle donne une barbotine que j’étends sur un drap posé sur une plaque de plâtre afin que l’eau soit absorbée plus rapidement.  Ensuite, elle est travaillée pour chasser les bulles d’air. Mise en boule, je la tourne en forme de bol.

J’utilise cette argile dans la fabrication de certains émaux.   

test de plasticité de la terre des durons
Diagramme 11 de Montmollin
terre durons non fondue